Les entreprises des Côtes d'Armor prennent la parole !

Le 25 février dernier, une cinquantaine de dirigeants d’entreprises costarmoricains se sont réunis à l’initiative de la Chambre de Commerce et d’Industrie, de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat, de la CPME et de l’Union Patronale Interprofessionnelle d’Armor.

Durant une demi-journée, ils ont échangé en ateliers animés en mode « world café », autour des 4 thèmes du Grand Débat national : transition écologique, fiscalité et dépenses publiques, démocratie et citoyenneté, organisation de l’Etat et des services publics.

Un 5e thème a permis aux dirigeants présents d’échanger sur les conditions de réussite de leurs entreprises sur notre territoire. Il permettra notamment aux réseaux co-organisateurs d’envisager une suite à cette après-midi de partage et d’échanges et probablement d’engager conjointement des actions à destination des entreprises des Côtes d’Armor.

Les co-organisateurs de ces ateliers tiennent également à rappeler le rôle majeur qu’ils jouent en tant que corps intermédiaires dans les propositions d’amélioration que les dirigeants d’entreprises sont en mesure de proposer.

Qu'est-ce qui peut aider les dirigeants à entreprendre encore demain dans les Côtes d'Armor ?

1 - AMÉLIORER L’ATTRACTIVITÉ DES CÔTES D’ARMOR :

- Travailler sur l’image de notre département en valorisant des éléments de différenciation.
- Communiquer sur le bien vivre en Côtes d’Armor (Mer, atouts 22, destination 22).
- Raisonner en bassin d’emplois et favoriser les synergies internes à ces zones de vie.
- Favoriser l’émergence de pôles d’excellence.
- Avoir un discours positif, optimiste sur nos territoires.
- Faciliter le travail collaboratif (EPCI, organisations économiques et sociales, écoles, entreprises).
- Généraliser le haut débit et réduire la fracture numérique.
- Développer les réseaux routiers et ferroviaires.
- Faire rayonner les Côtes d’Armor en développant l’export et les synergies internationales entre territoires.
- Avoir des dirigeants économiques engagés dans la vie publique (ambassadeurs).
- Réhabiliter / Construire des logements pour redonner au territoire une capacité d’attractivité forte.

2 - IDENTIFIER LES COMPÉTENCES CLÉS :

- Valoriser les centres de formation du département.
- Valoriser toutes les filières.
- Inciter les chômeurs au retour à l’emploi.
- Créer des établissements d’enseignement supérieurs plus attractifs : campus international d’excellence.
- Garder les jeunes sur le territoire.

3 - CRÉER UNE SOLIDARITÉ TERRITORIALE :

- Responsabiliser les administrations départementales qui doivent privilégier les entreprises costarmoricaines pour la commande publique (small business act local).
- Encourager la consommation locale.
- Créer un fonds d’investisseurs locaux.
- Créer un label « Entrepreneurs en Côtes d’Armor »

Les propositions

  • LA TRANSITION ECOLOGIQUE 

1- Inciter le gouvernement à définir une politique écologique stable et dans la durée, basée sur des données factuelles incitant au pragmatisme (énergies alternatives, déchets …).

2- Militer pour la mise en oeuvre de règles communes européennes applicables à tous les acteurs économiques des pays de l’Union.

3- Développer le ferroutage et le transport ferroviaire à la fois pour le transport de marchandises et le transport de personnes, par des politiques d’incitations fortes.

4- Démontrer que la transition écologique est une opportunité de compétitivité accrue pour l’entreprise, en favorisant le développement de programmes d’accompagnement adaptés et en recensant les exemples pour communiquer sur les « success-stories » (marges dégagées,
chiffre d’affaires développés, gains de compétitivité …)

5- Bannir la fiscalité punitive en matière d’écologie et au contraire attribuer un bonus fiscal pour des actions qui valorisent le respect de l’environnement.

6- Favoriser l’évolution des conventions collectives afin de permettre aux entreprises en proximité d’organiser les horaires de travail pour optimiser le co-voiturage.

7- Encourager les entreprises à développer des accords autour du télétravail.

8- Développer les transports autonomes collectifs sur la route.

  • LA DÉMOCRATIE ET LA CITOYENNETÉ

1- Remettre l’entreprise au centre de la Cité

L’entreprise crée les richesses et il est indispensable que l’environnement lui permette de bien fonctionner (faire respecter la liberté du commerce…). Il est ainsi nécessaire de mieux associer en amont les chefs d’entreprise aux décisions politiques locales dans le cadre de concertations avec les élus, les services de l’Etat.

2- Mieux faire fonctionner les institutions* qui existent déjà (au plan national comme aux plans régional et local)

  •  Les chefs d’entreprise devraient s’impliquer davantage dans la vie locale, en participant plus largement par exemple aux Conseils de développement et à la vie municipale.
  •  Dans l’entreprise, mieux associer les collaborateurs (salariés) à la réussite de l’entreprise. *Institution : structure faite d’un ensemble de règles qui participe à l’organisation de la société.

3- Donner une « éducation citoyenne » dès le plus jeune âge.

  •  L’intérêt pour le fonctionnement de « la cité » se cultive dès le plus jeune âge dans le cadre de l’éducation familiale, puis de la formation scolaire et universitaire.
  •  L’engagement associatif permet ensuite prolonger et valoriser cette éducation citoyenne.
  •  Le dialogue, la recherche du compromis et la démocratie s’apprennent tout au long de la vie.

Il devient ainsi nécessaire que les structures éducatives s’emparent de ces sujets et développent des actions pédagogiques spécifiques en étant encouragées par l’Etat.

4- Favoriser le brassage (culturel, professionnel…)
La culture, le métier, favorisent « l’entre soi ». Pour faciliter la compréhension des acteurs (élus, chefs d’entreprise, enseignants…) et leur permettre de construire des liens, il est utile de décloisonner ces relations communautaires. Des actions simples peuvent être organisées au plan local pour aider ces acteurs divers à partager des enjeux et intérêts communs : petits déjeuners, visites informelles, réseaux …).

  • LA FISCALITÉ ET LES DÉPENSES PUBLIQUES

1- Gérer les budgets de l’Etat comme ceux d’une entreprise :

- Simplifier la fiscalité.
- Gérer et contrôler efficacement les finances de l’Etat.
- Informer sur le fléchage des recettes fiscales pour une meilleure transparence.
- Interdire des budgets déficitaires.
- Réduire le train de vie de l’Etat.
- Faire des économies dans les différentes institutions administratives.

2- Aligner le secteur public sur le secteur privé :

- Supprimer les doublons de fonctions dans les différentes institutions administratives.
- Supprimer l’emploi à vie des fonctionnaires sauf pour les fonctions régaliennes.
- Avoir des objectifs de rentabilité, d’efficacité avec obligation de résultats dans la fonction publique.
- Redéfinir les compétences de l’Etat.
- Instaurer les jours de carence identiques au privé dans la fonction publique.

3- Optimiser le système des dépenses publiques :

Harmoniser la fiscalité au niveau de l’UE.
- Revoir le système de l’assurance chômage.
- Mettre en place une TVA socialement plus juste sur les produits de première nécessité.
- Taxer davantage les produits d’importation hors UE pour financer la protection sociale.
- Baisser le coût du travail.
- Faire payer un impôt sur le revenu par tous.

4- Simplifier les procédures administratives :

- Diminuer les strates administratives.
- Faire respecter le « droit à l’erreur » (Loi ESSOC 10 août 2018).

  • L’ORGANISATION DE L’ETAT ET DES SERVICES PUBLICS

- Définir et clarifier précisément les missions et compétences des différents Services Publics.
- Développer les synergies et mutualisations entre les chambres consulaires.
- Supprimer un échelon administratif à l’échelle infra-départementale.
- Donner la capacité à la Cour des Comptes de sanctionner les administrations publiques quand ses recommandations n’ont pas été suivies d’effets.
- Réaliser des audits d’efficience des Services Publics.
- Généraliser une période professionnelle en entreprise privée de 1 à 5 ans dans la carrière des cadres de la fonction publique.
- Expliquer pourquoi nous avons à la fois une augmentation de la pression fiscale et une diminution des Services Publics.
- Adapter les horaires des Services Publics au monde de l’entreprise et des salariés.
- Limiter le renouvellement des mandats.
- Déléguer au secteur privé les Services Publics qui peuvent l’être.

 

TRAVAUX RÉALISÉS PAR : 

logo_4.jpg

logo_4.jpg, by aurvoy

 

Publié le : 
18 mars 2019